Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Proin vel finibus sapien. Phasellus faucibus ultrices dolor, ut eleifend mauris iaculis id. Nullam ultricies elit a turpis interdum dictum. Morbi venenatis, lorem quis commodo ultricies, urna lectus interdum metus, ut eleifend purus leo et sapien.

Henri Pescarolo au Mans (4) - 1975-1984, entre Rondeau et Porsche

Après ses trois victoires consécutives avec Matra de 1972 à 1974, puis un intermède chez Ligier en 1975 (abandon), Henri Pescarolo devient l'un des piliers de la grande aventure de Jean Rondeau. De 1976 à 1983, il prend à sept reprises le départ des 24 Heures du Mans au volant d'un prototype du constructeur sarthois. "Jean était quelqu'un de très passionné, raconte Pescarolo. Sa volonté de gagner n'avait effectivement rien à envier à celle que j'avais connue avec Jean-Luc Lagardère chez Matra, mais sa motivation était différente, et même plutôt nouvelle : il a décidé de construire lui-même ses voitures parce qu'il ne parvenait plus à en trouver qui lui convenaient. Il avait une personnalité très attachante, nous avons eu ensemble des rapports très proches et très profonds."

La volonté de Jean Rondeau sera finalement récompensée en 1980. Associé à Jean-Pierre Jaussaud, il devient le seul pilote-constructeur vainqueur au Mans. Si Henri Pescarol ne termine qu'à deux reprises les 24 Heures pendant cette période (huitième en 1976 et dixième en 1979), le souvenir de Jean Rondeau, prématurément disparu dans un accident de la route en 1985, reste vivace : "Avec Jean, ce fut une très belle aventure, avec de très beaux résultats, nous avons même failli être Champions du Monde face à Porsche en 1982."

En 1977 et 1978, Henri Pescarolo fait deux infidélités à Jean Rondeau, en tant que pilote d'usine Porsche. Et c'est avec un prototype du constructeur allemand qu'il retrouve la plus haute marche du podium, en 1984. 

Pour l'occasion, il écrit un beau chapitre de l'histoire sarthoise, en offrant sa première victoire à Reinhold Joest, devenu aujourd'hui, grâce à son partenariat avec Audi, le propriétaire d'écurie ayant engrangé le plus de victoires au Mans, avec quinze succès. "Reinhold est quelqu'un que j'ai toujours beaucoup apprécié,explique Henri Pescarolo. Je l'ai d'abord connu en tant que pilote, et j'ai suivi son parcours lorsqu'il est devenu patron d'écurie. Grâce à Moet & Chandon, le partenaire de mes aventures aéronautiques, j'ai obtenu un budget et je l'ai contacté, parce qu'il disposait d'une Porsche 956, la voiture qui avait les plus grandes chances de gagner à nouveau au Mans. Je suis donc pour la circonstance devenu un pilote payant, car le budget qu'il fallait amener était assez conséquent (un "pilote payant" doit apporter un budget pour courir, soit en démarchant des partenaires, soit en investissant ses propres fonds s'il dispose d'une fortune personnelle, ndla). Je me suis retrouvé au sein d'une écurie très compétente, en compagnie de Klaus Ludwig, un coéquipier qui marchait comme un avion ! Nous avons gagné la course après une belle remontée consécutive à un problème de pompe à essence. Ce fut superbe, nous avons roulé à fond pendant toute la course pour rattraper le temps perdu."

Le dimanche 17 juin 1984, Henri Pescarolo devient le premier pilote français à remporter quatre victoires aux 24 Heures du Mans. Mais la saga mancelle de l'homme au casque vert est loin d'être terminée... Rendez-vous au prochain épisode !


Cliquez sur les liens ci-dessous pour retrouver les épisodes précédents de cette saga :

Episode 1 : 1966-1967, la découverte

Episode 2 : 1968-1969, l'exploit et l'accident

Episode 3 : 1970-1974, en route vers la victoire

Derniers articles

RECHERCHER