Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Proin vel finibus sapien. Phasellus faucibus ultrices dolor, ut eleifend mauris iaculis id. Nullam ultricies elit a turpis interdum dictum. Morbi venenatis, lorem quis commodo ultricies, urna lectus interdum metus, ut eleifend purus leo et sapien.

Henri Pescarolo au Mans (6) - 1993-2011, l'éleveur de champions

Cette ultime phase de la carrière d'Henri Pescarolo n'est pas sans rappeler l'aventure de Matra au Mans et en endurance (1966-1974) : éclosion d'une génération entière de pilotes et fidélité longue durée à un constructeur.

Après Jean Rondeau en 1976 et 77, puis de 1979 à 1983, Henri Pescarolo pilote aux 24 Heures à sept reprises (de 1992 à 1999) les châssis d'un autre constructeur manceau : Yves Courage. "La différence entre Yves Courage et Jean Rondeau était qu'Yves n'avait pas envie à long terme de conduire ses propres voitures, même s'il l'a fait lors des premières années de ses activités de constructeur, raconte Henri Pescarolo. L'approche d'Yves était de faire courir et gagner ses voitures avec des pilotes pros au volant."

De 1995 à 1999, l'homme au casque vert est un jeune quinquagénaire constant, et les Courage qu'il pilote sont toujours fiables. Il reçoit ainsi à quatre reprises le drapeau à damier (septième en 1996 et 1997, seizième en 1998, neuvième en 1999). A cette époque, Henri Pescarolo favorise l'éclosion des jeunes talents issus de la Filière (le programme de détection des jeunes talents internationaux mise en place par la compagnie pétrolière Elf) avant de devenir patron d'écurie après sa 33e et dernière participation en tant que pilote, en 1999. "Les choses se sont faites au fur et à mesure. Quand j'étais pilote, je n'ai jamais eu l'intention de créer une écurie et encore moins une filière ! Le pétrolier Elf a eu cette idée formidable, il m'a proposé d'être le directeur sportif de la Filière et cela m'a passionné. J'ai ainsi constitué des équipages où j'avais deux jeunes pilotes de la Filière comme équipiers. Puis j'ai lancé ma propre écurie lorsque Elf a été racheté par Total."

Aujourd'hui, le palmarès aux 24 Heures du Mans des pilotes français passés dans l'équipe d'Henri Pescarolo a fière allure. Citons notamment Benoît Tréluyer (triple vainqueur avec Audi en 2011, 2012 et 2014), Romain Dumas (vainqueur en 2010 avec Audi et détenteur depuis lors du record de la distance aux 24 Heures), Stéphane Sarrazin (trois pole positions consécutives en 2007, 2008 et 2009), Sébastien Bourdais (pole position en 2010 avec Peugeot)... "Il y a eu aussi le Suisse Marcel Fässler (coéquipier de Tréluyer lors de ses trois victoires, ndla), et beaucoup d'autres, comme l'Américain Patrick Long (coéquipier du pilote comédien Patrick Dempsey en 2013, 2014 et 2015, ndla), qui est aujourd'hui un excellent pilote d'usine Porsche aux Etats-Unis. Le point commun entre des gens comme Benoît Tréluyer ou Romain Dumas, c'est d'avoir été recrutés comme pilotes d'usine (respectivement par Audi et Porsche, ndla) après être passés dans mon écurie. Ce fut la concrétisation de tous les programmes que nous avions construits avec Elf, car je croyais énormément en Benoît, en Romain et en Marcel. Aujourd'hui, je suis donc très heureux de les voir au volant des meilleurs prototypes en Championnat du Monde d'Endurance."

Voila, en quelque sorte, une belle manière pour Henri Pescarolo de boucler la boucle dans l'histoire du sport automobile français : pionnier du renouveau de ce milieu dans les années 1960 avec les Beltoise, Cevert et autres Jabouille, puis acteur majeur de son renouvellement !


Cliquez sur les liens ci-dessous pour retrouver les épisodes précédents de cette saga :

Episode 1 : 1966-1967, la découverte

Episode 2 : 1968-1969, l'exploit et l'accident

Episode 3 : 1970-1974, en route vers la victoire

Episode 4 : 1975-1984, entre Rondeau et Porsche

Episode 5 : 1985-1992, au fil des 24 Heures et de l'amitié

Derniers articles

RECHERCHER